Au bonheur des morts

Au bonheur des morts est paru en ce début octobre!

aubonheurdesmorts« Faire son deuil », c’est l’impératif qui s’impose à tous ceux qui se trouvent confrontés au décès d’un proche. Mais se débarrasser de ses morts est-il un idéal indépassable auquel nul ne saurait échapper s’il ne veut pas trop souffrir ?

Vinciane Despret a commencé par écouter. « Je disais : je mène une enquête sur la manière dont les morts entrent dans la vie des vivants ; je travaille sur l’inventivité des morts et des vivants dans leurs relations. »

Une histoire en a amené une autre. « J’ai une amie qui porte les chaussures de sa grand-mère afin qu’elle continue à arpenter le monde. Une autre est partie gravir une des montagnes les plus hautes avec les cendres de son père pour partager avec lui les plus beaux levers de soleil. À l’anniversaire de son épouse défunte, un de mes proches prépare le plat qu’elle préférait, etc. »

L’auteure s’est laissé instruire par les manières d’être qu’explorent les morts et les vivants, ensemble ; elle a appris de la façon dont les vivants qu’elle a croisés se rendent capables d’accueillir la présence des défunts. Chemin faisant, elle montre comment échapper au dilemme entre « cela relève de l’imagination » et « c’est tout simplement vrai et réel ».

Depuis un certain temps les morts s’étaient faits discrets, perdant toute visibilité. Aujourd’hui, il se pourrait que les choses changent et que les morts deviennent plus actifs. Ils réclament, proposent leur aide, soutiennent ou consolent… Ils le font avec tendresse, souvent avec humour.

On dit trop rarement à quel point certains morts peuvent nous rendre heureux !

Partager:

Une réflexion au sujet de « Au bonheur des morts »

  1. Madame,

    En bonne adepte de CG Jung, je ne crois pas aux « hasards » et la synchronisation (pas à proprement parlé ici « la synchronicité ») des événements qui m’est offerte en ce moment m’émerveille comme toujours !
    En écoutant France Culture ce jeudi 19 août, je vous découvre et découvre vos travaux, en particulier ceux que vous menez sur la mort qui retiennent toute mon attention. Je suis art-thérapeute, future certifiée en accompagnement en soins palliatifs, et surtout engagée (au sens fort du terme) dans l’accompagnement des proches des malades en fin de vie et surtout de la relation vivante que nous pouvons (devons à nouveau) entretenir avec la mort. Dans ce but, j’ai créé très récemment une asbl. En novembre prochain, ma collaboratrice et moi donnerons une conférence sur le thème du rituel en tant que manifestation du lien et votre ouvrage « Au bonheur des morts » sera très certainement enrichissant.
    Il se fait en outre que je viens de me réinstaller à Liège et que c’est donc ici que se développera notre projet. Émerveillement encore devant les clins d’oeil de la vie !

    Bref, je tenais donc à vous dire combien je me réjouis de découvrir vos travaux même si je suis un peu frustrée de n’avoir pas le temps de vous lire avant la remise de mon mémoire le 1er septembre prochain.

    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>