À propos

Née à Anderlecht, Vinciane Despret a grandi et vécu à Liège. Elle y habite toujours, dans l’un des endroits les plus typiques de la ville, en son cœur historique. D’abord étudiante en philosophie –«ce qui m’a mené droit au chômage», sourit-elle – elle a vite repris des études de psychologie. Elle croise rapidement l’éthologie, l’étude du comportement des animaux, et se passionne pour les humains qui travaillent avec eux. Hasard étonnant de son parcours : c’est lorsqu’elle est munie de son diplôme de psychologue que la faculté de… philosophie de l’ULg l’embauche. Sa seule vraie question, à ce moment, sera de savoir comment elle pourra concilier les deux disciplines, ses deux motifs d’enthousiasme.

Elle va logiquement emprunter la voie de la philosophie des sciences et mettre ses pas dans ceux de deux grands penseurs qu’elle cite – et fréquente – souvent, aujourd’hui encore : Isabelle Stengers et Bruno Latour. Elle veut désormais suivre les scientifiques dans leur pratique, comprendre « comment ils rendent leurs objets intéressants », raconter leur œuvre de «traduction», d’invention. Elle entend comprendre et expliquer comment ils bâtissent une théorie, quelles influences ils subissent, comment l’animal qu’ils observent devient acteur de cette création de savoir. Son premier essai d’anthropologie de l’éthologie sera consacré à un oiseau, le babbler, observé par un éthologue israélien. Sa thèse de doctorat ( Savoir des passions, passion des savoirs, en 1997) se situe dans le droit de fil de sa démarche : elle tente de comprendre comment les théories des émotions peuvent être analysées de la même manière.

La suite de son parcours oscillera entre la psychologie humaine et l’éthologie. Elle voudra, en fait, associer les deux disciplines et s’intéresser à ce qu’elle nomme «les conséquences politiques de nos choix théoriques». Elle étudiera donc aussi bien le «comment vivre» avec l’animal que les questions, proprement politiques à ses yeux, posées par les pratiques psychothérapeutiques avec l’homme.

Le premier domaine a été illustré, avant la parution de Bêtes et hommes (Gallimard), par son livre Quand le loup habitera avec l’agneau (Le Seuil/Les empêcheurs de penser en rond), dont le point de départ était l’étude des modifications dans notre conception de la nature et des hommes en fonction des mutations politiques, religieuses, sociales du monde : Charles Darwin a retrouvé dans le monde animal la compétition et la concurrence – sans oublier les rapports de domination entre les sexes, autre sujet-clé pour la scientifique – qui caractérisaient la société industrielle du 19e siècle. Kropotkine, naturaliste et anarchiste russe, y trouvait, quant à lui, les preuves de l’existence d’une solidarité et plus seulement d’une lutte pour l’existence…

Auteur prolixe d’articles, de conférences et de contributions diverses – sans oublier ses divers enseignements – Vinciane Despret a assuré très récemment le commissariat de la grande exposition Bêtes et hommes, à la Grande halle de La Villette, à Paris. Elle s’est également vu décerner deux prix : le prix des humanités scientifiques octroyé par sciences Po, à Paris, en septembre 2008 et le prix du Fonds international Wernaers pour la recherche et la diffusion des connaissances. Esprit perpétuellement en éveil, très intéressée à l’occasion par la stratégie du «contre-pied», Vinciane Despret entend aborder désormais une question d’apparence saugrenue, paradoxale – peut-être même un tabou. «Comment les gens définissent-ils les relations possibles avec des êtres caractérisés par de tout autres modes de présence et d’existence que sont les personnes décédées ? Et comment explorent-ils avec perplexité les registres possibles pour penser l’action, l’influence, l’absence et la présence des morts ?» se demande-t-elle. Revenant par ce biais à l’anthropologie des humains, elle espère, souligne-t-elle, «étudier les modalités d’entrée en relation avec les morts, bien plus diverses que ce que la doxa traditionnelle des psy veut bien le laisser entendre».

Partager:

6 réflexions au sujet de « À propos »

  1. Bonjour Madame
    Je suis journaliste à LIbération, je prépare une série d’été autour des parcs animalirs et plus généralement évidemment, de la relation homme animal qui s’y joue, de la relation en général etc. J’aimerais beaucoup parler avec vous si vous aviez un peu de temps?
    merci, bien à vous
    Emmanuèle Peyret

    Journal Libération
    11 rue Béranger 75003

  2. Mais pourquoi continuez vous à écrire ou dire homme au lieu d’humain, ou être humain ou .., quand il est question du genre humain ? Dans cette société patriarcale dans laquelle je vis, j’expérimente chaque jour, et vous aussi il me semble, que homme n’est pas, de fait ni de droit, un générique pour le genre humain.
    Quand on nomme Américains les habitants des États Unis nous leur concédons politiquement tout le continent. Et pas plus que le continent américain ne doit pas être livré aux États Uniens, nous ne devons laisser aux hommes le continent du genre humain.
    Voilà de ma part une interpellation que je souhaite vous soumettre en débat avec conviction mais respect.Je vous remercie pour l’amitié que vous m’offrez à travers vos propos philosophiques qui sont pour moi de ces moments forts de rencontre qui transforment mes perspectives de vie.
    Isabelle Salinier

  3. Je suis plongé dans la lecture de votre livre « que diraient les animaux, si … » et je trouve beaucoup d’intérêt à votre approche.
    Je m’intéresse modestement à l’éthologie, d’abord par goût personnel, et ensuite suite à la « formation à l’éthologie » que j’ai suivie chez Natagora Aves et qui m’a ouvert les yeux sur cette discipline passionnante.
    Permettez-moi cependant de relever une petite erreur de vocabulaire dans votre ouvrage : au chapitre « imprévisibles », à la page 88, vous employez le mot décade au lieu du mot décennie, probablement par contagion du mot anglais decade.
    Encore félicitations pour vos publications!

    Bernard Danhaive

  4. https://www.youtube.com/watch?v=zuUUXMlnCVQ

    Chère Madame, je suis avec le plus grand intérèt vos chroniques et vous informe de ce que je crois avoir donné à ma perruche les outils de verbalisation pour susciter un language autonome. Persuadé qu’il y a dans le travail sémantique d’approche de la communication par l’empathie naturelle de certains oiseaux capables de reproduire les sons des mots, je vous propose de prendre contact avec moi pour que je vous informe de mes résultats. Respectueusement et bien à vous,
    Stéphane et Twitter.

  5. Bonsoir, Bonjour,

    Tout d’abord, merci ! J’adore entendre ou lire vos réflexions…. (je suis une sorte de fan quoi).
    Je voulais m’assurer que vous connaissiez « MARU » le chat japonais qu’on peut voir dans des tas de vidéos sur « you tube ». Je suppose que pour une éthologue, c’est encore plus intéressant de voir les expérimentations que fait ce chat.

    Meilleures salutations et au plaisir de vous croiser un jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>